Environnement

Sciences participatives : cet été, mobilisez-vous sur la plateforme OPEN

Il y a 2 mois

« Il est impossible de placer un chercheur derrière chaque arbre ou dans chaque champ. Il est impensable pour les biologistes de quadriller l’ensemble du territoire pour recenser les espèces. Or, ces données sont aujourd’hui cruciales, non seulement pour établir un état des lieux précis de la biodiversité, mais aussi pour comprendre le comportement des espèces et trouver des pistes concrètes pour agir. » Géraldine Audrerie, ingénieure écologue, explique ainsi l’appel lancé par la Fondation Nicolas Hulot avec le Muséum national d’Histoire naturelle et l’Union nationale des CPIE (centres permanents d’initiatives pour l’environnement) pour une mobilisation collective dès cet été.

Pour cela, il suffit de se connecter à la plateforme collaborative OPEN (Observatoires participatifs des espèces et de la nature) lancée en juin 2018 par ces trois institutions : l’ensemble des programmes de sciences participatives présents en métropole et en outre-mer y sont référencés. La recherche s’effectue facilement en fonction de plusieurs critères (région, thème, espèces…) : compter les papillons de nuit à la belle étoile, partir en expédition à la découverte des cétacés de Méditerranée, rechercher le carabe aux pinces d’or dans les forêts, traquer les griffes de sorcière sur les plages de Bretagne… 146 observatoires sont recensés, certains ayant plusieurs objets d’études :

  • 31 pour les petits mammifères
  • 20 pour les grands mammifères marins
  • 34 pour reptiles les amphibiens
  • 50 pour les papillons, les pollinisateurs et autres insectes
  • 46 pour les oiseaux
  • 13 pour les arachnides et les mille-pattes

Collecte d’informations sur le comportement et l’identification des grands dauphins dans le cadre du GEMM (groupe d’étude des mammifères marins de Polynésie). ©DR

2 exemples de programmes en lien avec la mer et les océans

1- Observer les cétacés en Méditerranée

– Comment participer ? L’association Cybelle Planète organise des excursions d’une semaine sur un voilier. Direction le sanctuaire Pélagos de mammifères marins, au large de Monaco. Encadrés par un éco-guide, les bénévoles recensent les baleines, dauphins, mais aussi les tortues marines.
– Quel est l’objectif scientifique ? Les quelques 1300 participants au programme ont, depuis sa création en 2005, contribué à une quinzaine de rapports de recherche. Les recensements des grands cétacés (rorqual commun et cachalot) ont notamment permis d’identifier les zones à risques de collusion avec les navires marchands.
– Pour qui ? Les excursions sont ouvertes à tous, avec trois niveaux (débutant, expérimenté, expert). Les plaisanciers peuvent également effectuer des observations directement depuis leur bateau.
– Où ? Partout en Méditerranée, dans le sanctuaire de Pélagos pour les excursions. Pour en savoir plus sur cet observatoire sur OPEN

2- Enrichir l’inventaire du patrimoine à 20 mètres sous l’eau grâce au programme BioObs

– Comment participer ? Le programme BioObs, initié en partenariat avec la Fédération française d’études et de sports sous-marins (FFESS) et le Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN), est dédié aux plongeurs. Leur mission : observer les espèces, les photographier et rentrer les données d’observation sur le site BioObs. Ces données viennent ensuite enrichir la base de l’Inventaire National du Patrimoine Naturel (INPN), géré par le MNHN. Lancé en 2013, ce programme a d’ores et déjà mobilisé 950 plongeurs observateurs qui ont effectué plus de 55 000 observations.
– Quel est l’objectif scientifique ? A ce jour, plus de 800 espèces marines ou d’eaux douces, vivant en métropole ou en outre-mer ne sont pas ou peu illustrées dans l’INPN. Le programme BioObs vise tout d’abord à renseigner cette base de données. Il contribue aussi à dresser l’aire de répartition des espèces et leur évolution dans le temps. L’escargot « pourpre à bouche sang », redoutable prédateur de moules et d’huîtres, a ainsi été́ aperçu en Normandie pour la première fois en 2018, alors qu’on ne le trouve normalement pas au-dessus d’Arcachon.
– Pour qui ? Les plongeurs autonomes.
– Où ? Partout sur le littoral de la métropole, mais aussi en Outre-Mer. Les plongées en lac sont aussi comprises dans le programme.
Pour en savoir plus : voir les informations sur ce programme sur OPEN

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de

POPULAIRE