Agenda

Le palmarès du Wildlife photographer of the year 2022

Il y a 1 mois

Les lauréats du prestigieux concours Wildlife Photographer of the Year, organisé par le Museum d’histoire naturelle de Londres, ont été annoncés au mois d’octobre.

La photographe américaine Karine Aigner a été désignée photographe de l’année pour son image remarquable d’une boule d’abeilles de cactus tournoyant sur le sable chaud d’un ranch du Texas. Dans son gros plan, toutes les abeilles, sauf une, sont des mâles qui cherchent à s’accoupler avec l’unique femelle au centre.

Le prix du jeune photographe de la vie sauvage de l’année 2022 a été attribué à Katanyou uttichaitanakorn, Thaïlandais de 16 ans. Lorsqu’une baleine de Bryde s’est approchée du bateau, Katanyou a été intriguée par le contraste des couleurs et des textures de sa peau sombre, de sa gomme rose et de la masse de fanons en forme de pinceau.

Comme chaque année, le monde sous-marin est bien représenté parmi les gagnants du concours avec plusieurs clichés récompensés notamment des images du photographe français Laurent Ballesta !

19 gagnants ont été désignés dans différentes catégories qui mettent en valeur le monde naturel dans toute sa merveille et sa diversité. Au cours d’un processus intensif, 38 575 candidatures provenant de 93 pays ont été jugées de manière anonyme par un panel international d’experts sur leur originalité, leur narration, leur excellence technique et leur pratique éthique.
Doug Gurr, directeur du Museum d’histoire naturelle, a déclaré : “Les photographes de la vie sauvage nous offrent des aperçus inoubliables de la vie des espèces sauvages, partageant des détails invisibles, des comportements fascinants et des reportages de première ligne sur les crises du climat et de la biodiversité. Ces images témoignent de leur admiration et de leur appréciation du monde naturel et de l’urgence d’agir pour le protéger.”
Le Museum d’histoire naturelle a inauguré à cette occasion l’exposition Wildlife Photographer of the Year, qui présente les images primées. Elle sera visible jusqu’au 2 juillet 2023. Pour découvrir le palmarès complet de cette compétition rendez-vous sur le site du concours.

La cinquante-neuvième édition du concours Wildlife Photographer of the Year est ouvertes aux candidatures de photographes de tous âges, de toutes nationalités et de tous niveaux depuis le 17 octobre.

Découvrez une partie du palmarès 2022 du Wildlife photographer of the year.

Wildlife Photographer of the year – Prix comportement des invertébrés – The big buzz de Karine Aigner, USA

Wildlife photographer of the year. © Karine Aigner, Wildlife Photographer of the Year.

Wildlife photographer of the year. © Karine Aigner, Wildlife Photographer of the Year.

Karine Aigner s’est approché de l’action alors qu’un groupe d’abeilles s’affrontait pour s’accoupler. À l’aide d’un objectif macro, elle a capturé le tourbillon d’activité d’une boule d’abeilles qui tournait sur le sable chaud. Après quelques minutes, le couple en son centre – un mâle s’accrochant à la seule femelle de la mêlée – s’est envolé pour s’accoupler.
Les abeilles du monde entier sont menacées par la perte de leur habitat, les pesticides et le changement climatique. Étant donné que 70 % des espèces d’abeilles nichent sous terre, il est de plus en plus important que les zones de sol naturel ne soient pas perturbées.

Sud du Texas, USA.

Young Wildlife photographer of the year – prix 15 – 17 ans – La beauté des fanons par Katanyou Wuttichaitanakorn, Thaïlande

Young wildlife photographer of the year. © Katanyou Wuttichaitanakorn, Wildlife Photographer of the Year

Young wildlife photographer of the year. © Katanyou Wuttichaitanakorn, Wildlife Photographer of the Year

Katanyou Wuttichaitanakorn est intriguée par le contraste des couleurs et des textures d’une baleine de Bryde, qui fait surface à proximité. Conformément aux directives gouvernementales en matière de tourisme, le bateau d’excursion sur lequel Katanyou voyageait a coupé son moteur lorsque la baleine est apparue à proximité. Katanyou a donc dû stabiliser ses mains pour capturer cette composition en gros plan alors que le bateau se balançait dans la houle. Les baleines de Bryde possèdent jusqu’à 370 paires de fanons de couleur grise à l’intérieur de leur mâchoire supérieure. Ces plaques sont constituées de kératine, une protéine qui forme également les cheveux et les ongles humains, et servent à filtrer les petites proies de l’océan.

Haut du golfe de Thaïlande, Phetchaburi, Thaïlande.

Prix animaux dans leur environnement – La minceur de l’ours à lunettes par Daniel Mideros, Équateur

Prix animaux dans leur environnement. © Daniel Mideros, Wildlife Photographer of the Year

Prix animaux dans leur environnement. © Daniel Mideros, Wildlife Photographer of the Year

Daniel Mideros dresse un portrait poignant d’un habitat en voie de disparition et de ses habitants. Il a installé des caméras le long d’un corridor faunique utilisé pour atteindre les plateaux de haute altitude. Il les a positionnées de manière à montrer le paysage naturel en voie de disparition, avec l’ours encadré au cœur de l’image. Ces ours, que l’on trouve de l’ouest du Venezuela à la Bolivie, ont subi un déclin massif en raison de la fragmentation et de la perte de leur habitat. Partout dans le monde, alors que l’homme continue à construire et à cultiver, l’espace pour la faune sauvage est de plus en plus réduit.

Peñas Blancas, Quito, Équateur

Prix comportement des oiseaux – L’oiseau qui écoute de Nick Kanakis, USA

Prix du comportement oiseaux. © Nick Kanakis, Wildlife Photographer of the Year

Prix du comportement oiseaux. © Nick Kanakis, Wildlife Photographer of the Year

Nick Kanakis obtient un aperçu de la vie secrète des troglodytes. Nick a repéré le jeune troglodyte à poitrine grise en train de chercher sa nourriture. Sachant qu’il disparaîtrait dans la forêt s’il s’approchait, il a trouvé un coin dégagé de feuilles mortes et a attendu. Bien sûr, le petit oiseau a sauté dans le cadre, pressant son oreille contre le sol pour écouter les petits insectes.
Cette technique de détection des proies est utilisée par d’autres oiseaux, dont le merle à plastron. Les troglodytes à poitrine grise sont des oiseaux qui vivent au sol, que l’on entend souvent sans les voir. Ils émettent des chants forts et mélodieux et des cris rauques lorsqu’ils sont cachés dans les sous-bois.

Parc national de Tatamá, Risaralda, Colombie

Prix océans : une vue d’ensemble – Une nouvelle vie pour les tohorā par Richard Robinson, Nouvelle-Zélande

Prix oceans : the bigger picture. © Richard Robinson, Wildlife Photographer of the Year

Prix oceans : une vue d’ensemble. © Richard Robinson, Wildlife Photographer of the Year

Richard Robinson a capturé un moment d’espoir pour une population de baleines qui a survécu contre toute attente. Gêné par une mauvaise visibilité, Richard a utilisé une caméra à perche pour photographier les baleines qui se rapprochent progressivement de son bateau. Poussant son appareil photo à ses limites dans l’eau sombre, il a été soulagé de trouver l’image très nette et le moment de la copulation cristallisé dans le temps. Lorsqu’elle est prête à s’accoupler, la baleine franche australe femelle se roule sur le dos, ce qui oblige le mâle à étendre son pénis sur le corps de la femelle. Connue par les Māori sous le nom de tohorā, la population néo-zélandaise a été chassée jusqu’à l’extinction dans les années 1800, donc chaque nouveau baleineau offre un nouvel espoir.

Prises de vue sous le permis n° 84845-MAR du ministère néo-zélandais de la Conservation.

Deas Head, Îles Auckland, Nouvelle-Zélande

Prix comportement des amphibiens et reptiles – The bat-snatcher de Fernando Constantino Martínez Belmar, Mexique

Prix du comportement, amphibiens et reptiles. © Fernando Constantino Martínez Belmar, Wildlife Photographer of the Year

Prix du comportement, amphibiens et reptiles. © Fernando Constantino Martínez Belmar, Wildlife Photographer of the Year

Fernando Constantino Martínez Belmar attend dans l’obscurité qu’un serpent-ratier du Yucatan attrape une chauve-souris. À l’aide d’une lumière rouge à laquelle les chauves-souris et les serpents sont moins sensibles, Fernando a gardé un œil sur ce serpent qui sortait d’une fissure. Il n’a eu que quelques secondes pour prendre la photo, car le serpent-ratier s’est retiré dans sa crevasse avec sa proie, une chauve-souris. Chaque soir au coucher du soleil dans la grotte des serpents suspendus, des milliers de chauves-souris partent se nourrir pour la nuit. C’est aussi le moment où les serpents-ratier affamés sortent, se balançant du toit pour attraper leur proie en plein vol.

Kantemo, Quintana Roo, Mexique

Prix art naturel – Flamants roses paradisiaques de Junji Takasago, Japon

Prix art naturel. © Junji Takasago, Wildlife Photographer of the Year

Prix art naturel. © Junji Takasago, Wildlife Photographer of the Year

Junji Takasago résiste au mal de l’altitude pour produire une scène de rêve. Junji s’est approché en rampant du groupe de flamants roses du Chili en train de faire leurs besoins. En encadrant leur chorégraphie dans le reflet des nuages, il a combattu le mal de l’altitude pour capturer cette scène de rêve.
Situé dans les Andes, le Salar d’Uyuni est le plus grand bassin salé du monde. C’est aussi l’une des plus grandes mines de lithium de Bolivie, ce qui menace l’avenir de ces flamants roses. Le lithium est utilisé dans les batteries des téléphones et des ordinateurs portables. Ensemble, nous pouvons contribuer à réduire la demande en recyclant les vieux appareils électroniques.

Salar s’Uyuni, province de Daniel Campos, Bolivie

Prix plantes et champignons – Les morilles magiques par Agorastos Papatsanis, Grèce

Prix plantes et champignons. © Agorastos Papatsanis, Wildlife Photographer of the Year

Prix plantes et champignons. © Agorastos Papatsanis, Wildlife Photographer of the Year

Agorastos Papatsanis compose une scène de conte de fées dans les forêts du Mont Olympe. Appréciant l’interaction entre les champignons et les contes de fées, Agorastos a voulu créer une scène magique. Il a attendu que le soleil filtre à travers les arbres et éclaire l’eau en arrière-plan, puis a utilisé un objectif grand angle et des flashs pour mettre en valeur les formes labyrinthiques des morilles. Les morilles sont considérées comme des trésors gastronomiques dans de nombreuses régions du monde car elles sont difficiles à cultiver, mais dans certaines forêts, elles prospèrent naturellement.

Mont Olympe, Pieria, Grèce

Prix sous-marin – Shooting star par Tony Wu, USA / Japon

Prix sous-marin. © Tony Wu, Wildlife Photographer of the Year

Prix sous-marin. © Tony Wu, Wildlife Photographer of the Year

Tony Wu observe la danse reproductive électrisante d’une étoile de mer géante. Alors que l’eau environnante se remplissait de sperme et d’œufs d’étoiles de mer en train de se reproduire, Tony a dû relever plusieurs défis. Coincé dans une petite baie fermée avec seulement un objectif macro pour photographier les petits sujets, il a reculé pour faire entrer l’étoile de mer ondulante dans son champ de vision, dans cette scène semblable à une galaxie.
La posture “dansante” des étoiles de mer en train de se reproduire, qui se lèvent et se balancent, peut contribuer à la libération des œufs et du sperme, ou à l’entraînement des œufs et du sperme dans les courants, où ils se fécondent ensemble dans l’eau.

Baie de Kinko, Préfecture de Kagoshima, Japon

Prix zones humides – Une vue d’ensemble – Le lac mourant par Daniel Núñez, Guetamala

Prix zones humides - Une vue d'ensemble. © Daniel Nunez, Wildlife Photographer of the Year

Prix zones humides – Une vue d’ensemble. © Daniel Nunez, Wildlife Photographer of the Year

Daniel Núñez utilise un drone pour capturer le contraste entre la forêt et la croissance des algues sur le lac Amatitlán. Daniel a pris cette photo pour sensibiliser le public à l’impact de la contamination du lac Amatitlán, qui reçoit chaque année environ 75 000 tonnes de déchets provenant de la ville de Guatemala. C’était une journée ensoleillée avec des conditions parfaites, dit-il, mais c’est un moment triste et choquant.
Les cyanobactéries se développent en présence de polluants tels que les eaux usées et les engrais agricoles, formant des efflorescences algales. Des efforts pour restaurer la zone humide d’Amatitlán sont en cours mais ont été entravés par un manque de financement et des allégations de corruption politique.

Lac Amatitlán, Villa Canales, Guatemala

Prix du Portfolio – “Sous la glace de l’Antarctique” de Laurent Ballesta, France

Prix du Portfolio. © Laurent Ballesta, Wildlife Photographer of the Year

Prix du Portfolio. © Laurent Ballesta, Wildlife Photographer of the Year

Pyramide de vie
Des tours vivantes d’invertébrés marins ponctuent les fonds marins au large de la terre Adélie, à 32 mètres sous la glace de l’Antarctique oriental. Ici, au centre, une éponge en forme d’arbre est drapée de vie, des vers rubans géants aux étoiles de mer.

L’histoire du portfolio :
Laurent Ballesta endure des plongées glaciales pour révéler la diversité de la vie sous la glace de l’Antarctique. Photographe et biologiste sous-marin, Laurent a mené une série d’expéditions majeures, toutes impliquant des mystères scientifiques et des défis de plongée, et toutes résultant en des images sans précédent. Il a remporté de multiples prix du Wildlife Photographer of the Year, dont celui du grand titre en 2021.

Son expédition en Antarctique, à la découverte de sa vaste biodiversité sous-marine, a nécessité deux ans de préparation, une équipe de plongeurs experts et un équipement spécialement conçu. Ses 32 plongées dans une eau dont la température peut descendre jusqu’à -1,7˚C comprennent la plongée la plus profonde et la plus longue jamais réalisée en Antarctique.

Terre Adélie, Antarctique

Images d’ouverture © Karine Aigner, Wildlife Photographer of the Year
S’abonner
Notifier de
guest

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

POPULAIRE

    Julie Gautier rend hommage aux femmes dans son nouveau film, Ama

    Croisière aux Maldives

    Fin du confinement : la plongée de nouveau autorisée !