Biologie

Sciences participatives : contribuez à l’étude des sphères transparentes !

Il y a 9 mois

Entre 2001 et 2018, 46 grandes sphères transparentes ont été observées dans les eaux européennes. Des scientifiques étudient actuellement ces organismes et ont besoin, pour découvrir exactement de quoi il s’agit, d’échantillons de tissu. Ils demandent aux plongeurs rencontrant ces sphères lors d’immersions de pouvoir faire des prélèvements dans ce but.

Durant l’été 2017, un certain nombre de plongeurs ont filmé ou photographié ces immenses sphères transparentes, attirant l’attention des médias et d’un groupe de scientifiques. Ces derniers, venant de plusieurs pays européens, ont travaillé ensemble pour collecter toutes les informations disponibles sur ces sphères et découvrir ce qu’elle sont.

Cette sphère a été observée en Italie en 2011, à 50 mètres de profondeur. Elle ressemble à celles observées en Norvège. © Edoardo Ruspantini

Cette sphère a été observée en Italie en 2011, à 50 mètres de profondeur. Elle ressemble à celles observées en Norvège. © Edoardo Ruspantini

Elles ont été vues au large de la Norvège et de la Suède ainsi qu’en Méditerranée. Si aucun prélèvement n’avait alors été réalisé, les scientifiques ont découvert un phénomène assez similaire, décrit comme étant une concentration d’œuf d’une espèce de calamar pélagique de l’océan Pacifique et des côtes nord-africaines. On peut donc émettre l’hypothèse qu’un calamar puisse être impliqué dans la formation des sphères récemment observées. Si des plongeurs arrivent à réaliser un prélèvement et à l’envoyer à cette équipe, ce mystère pourrait être résolu grâce à une analyse ADN.

Leur diamètre peut varier entre 30 cm et 2 mètres et elles ont été généralement aperçu entre avril et septembre. Les images actuellement disponibles ont été réalisées par des plongeurs loisir, la majorité des observations ont eu lieu au large de la côte sud de la Norvège et l’ouest de le Méditerranée (Croatie, Italie, France, Espagne et Malte) et entre 50 cm et 52 mètres de profondeur, dans une eau entre 10 et 21°C.

Les points rouges représentent les sites d'observation des sphères transparentes. © Halldis Ringvold/ Sea Snack Norway

Les points rouges représentent les sites d’observation des sphères transparentes. © Halldis Ringvold/ Sea Snack Norway

27 des observations ont été rassemblées dans un article scientifique de la revue Marine Biology Research (Ringvold & Taite 2018), et 19 ont été rapportées après publication. Le document compare les capsules d’œufs d’espèces de céphalopodes du monde entier. Les observations des sphères transparentes semblent différentes de tout ce qui a pu être observé auparavant. Les scientifiques ont une théorie selon laquelle le calamar européen Todarodes sagittatus, pourrait être un candidat, car personne n’a jamais décrit d’œufs ou de sphères sauvages de cette espèce. Mais pour le moment, sans preuve, aucun moyen d’en être certain.

Procédures pour prélever un échantillon

Les chercheurs ont besoin de vous pour prélever des échantillons de tissus de l’une de ces sphères si vous en croisez lors d’une plongée.

– Pour obtenir un échantillon, vous devez couper un morceau de la sphère. Un petit morceau de la taille un ongle de pouce sera suffisant. Essayez de le couper à travers la paroi de la sphère, ne vous contentez pas de gratter à la surface. En effet, les tissus de surface peuvent être contaminés par des bactéries et des algues.

– Les tissus échantillonnés devront être ramenés à la surface (dans un petit pot ou un sac si vous en avez).

– L’échantillon doit ensuite être conservé congelé aussi rapidement que possible. Pour cela, placez-le dans un sac en plastique propre au congélateur.

– Contactez enfin l’équipe scientifique qui vous guidera afin de bien conserver l’échantillon et de le préparer pour les analyses.

– En plus du tissu, les chercheurs aimeraient avoir une note sur la taille approximative de la sphère, l’emplacement le plus exact possible, ainsi que la profondeur, la température et l’habitat. Si vous pouviez également fournir des photos ou une vidéo.

Pour plus d’informations, merci de contacter par mail Halldis Ringvold, de Sea Snack Norway : post@buzzingkid.no et Gro I. van der Meeren, de l’Institute of Marine Research : grom@hi.no

Texte de Halldis Ringvold, Sea Snack Norway/ Gro I. van der Meeren, Institute of Marine Research (IMR)/ Manuel AE Malaquias, Museum, Natural History the University in Bergen/ Geir Johnsen, Norway University of Technology and Science (NTNU)/ Arne Fjellheim, UNI Research Environment/ Roberto Sandulli, DiST, Università di Napoli “Parthenope”.

Traduit de l’anglais par Margot Harty

image d’ouverture : sphère observée en Croatie en 2006 à 50 mètres de profondeur © Borko Pusic

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
Halldis Ringvold Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Halldis Ringvold
Invité
Halldis Ringvold

Genetic analysis of 4 spheres show they are egg mass of 10-armed squid Illex coindetii. Thank you to everybody who’s helped us during this Project.

POPULAIRE

    Sciences participatives : contribuez à l’étude des sphères transparentes !

    Une belle saison pour les baleines de La Réunion