Non classé

Les Marquises, plongées en terre des hommes

Il y a 2 mois

L’évocation des Marquises, cet archipel situé à plus de 3h30 de vol au nord de Tahiti est encore rare du côté des plongeurs. Cependant, depuis 2018, un centre de plongée a ouvert ses portes sur l’île d’Hiva Oa et propose de vous faire découvrir les merveilles insoupçonnées des fonds marquisiens.

Terres d’origine volcanique, les îles Marquises alternent entre montagnes arides aux crêtes déchirées et vallées verdoyantes. Les grandes baies et minuscules criques découpent la côte et les vagues se fracassent sur d’abruptes falaises.

Hiva Oa, banc de carangues manèges (Trachinotus baillonii) proche de la surface. © Vincent Truchet

À la différence des autres archipels de Polynésie française, les îles des Marquises ne possèdent pas de lagon. Ici, pas de passe : le grand océan est en contact direct avec le littoral volcanique. À la vue du relief terrestre, il est facile d’imaginer ce qui vous attend sous la surface : pics, secs, tombants et grottes animent le décor. Les plongées autour des îles de Hiva Oa et Tahuata ne sont pas sujettes aux courants de marées. D’ailleurs, il y a en général peu de courant.

Raies mantas omniprésentes

Le site d’Hanakee, près du motu de la baie d’Atuona, est une station de nettoyage de raies mantas, très fréquentes aux Marquises. On peut en croiser entre parfois une vingtaine ! Jetez un œil régulièrement dans le bleu, les pélagiques mènent le bal tels des carangues et des thons à dents de chien, quand ce n’est pas un requin-marteau en maraude. Les amateurs de macro peuvent également se régaler avec des crevettes en tout genre, des nudibranches, des murènes en séance de nettoyage…

Raie manta sur le site de Hanakee. © Vincent Truchet

Le site de Pihau, qui signifie “rabot” en marquisien, doit ce nom à la forme spécifique d’une roche de surface qui le surplombe. Il se distingue par la présence d’une arche fréquentée par un banc de perches et de quelques vestiges archéologiques : des pierres volcaniques taillées que les anciens utilisaient comme ancres. Les plongées sont très poissonneuses : perches à rayures bleues, balistes noirs, chinchards et carangues. Tout ce beau monde s’agite et se croise dans une chorégraphie qui n’a rien d’ordonnée. Tandis que les bancs d’anthias endémiques des Marquises naviguent entre secs et pitons rocheux, les raies mantas ne sont jamais bien loin dans ces décors d’origine volcanique.

Les Marquises sont parmi les endroits où le taux d’endémisme est le plus élevé (14%). À l’image de ce couple de demoiselles de Strasburg (Dascyllus strasburgi) qui prépare son lieu de ponte. © Vincent Truchet

La grotte sans fond à Tahuata

Des sorties à la journée sont organisées sur l’île de Tahuata, à une heure de traversée depuis Hiva Oa. Il n’est pas rare de croiser des dauphins à long bec en chemin, voire une baleine à bosse et son baleineau selon la saison. Les plongées autour de Tahuata permettent l’observation de nombreux poissons épars sur le plateau corallien, notamment plusieurs espèces de petits endémiques. Le gros y est plutôt discret, à l’exception des raies mantas.

Raies marbrées dans la grotte sans fond. © Vincent Truchet

Au sud de Tahuata, le site de Haatemiei présente une très belle grotte, surnommée la grotte sans fond, dans laquelle on trouve souvent des raies marbrées qui peuvent dépasser le mètre d’envergure. L’entrée se trouve à 20 mètres de profondeur et une deuxième grotte se trouve à proximité, plus étroite. De retour sur le tombant, peut-être croiserez-vous des requins gris, curieux mais assez craintifs, un banc de bécunes, quelques barracudas et des chirurgiens à long rostre. Dans le bleu, quelques thons et des fusiliers patrouillent sans prendre garde aux plongeurs.

Ils vous font plonger : Marquises Diving

S’abonner
Notifier de
guest

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

POPULAIRE

    Galathea 2020 : diffusion de films en compétition

    Bruno Cercley, confiant pour l’avenir d’Aqua Lung