Destinations

Top 10 des destinations insolites où plonger

Il y a 5 jours

Destination lointaine, site extraordinaire ou rencontre avec des espèces rares… de nombreux facteurs peuvent rendre une plongée insolite. À la recherche de nouvelles sensations et d’expériences uniques autour du monde ? Découvrez 10 plongées qui ne ressemblent à aucune autre !

1 – L’Antarctique

S’il y a bien une destination où l’on se sent privilégié – que l’on soit plongeur ou simple voyageur – c’est l’Antarctique. Et ce continent se mérite : le voyage est long, les conditions peuvent être difficiles, mais les heures passées en avion et en bateau ne comptent pas à côté du spectacle qui nous attend une fois sur place. Plonger dans les eaux glacées de l’Antarctique n’est pas donné à tout le monde. Pour avoir cette chance, il faut justifier d’une expérience de 20 plongées minimum en eaux froides et maîtriser parfaitement la combinaison étanche. Une fois sous l’eau, le spectacle est époustouflant : en s’immergeant près des glaciers, la lumière et les nuances de bleu sont intenses et ne ressemblent à nulle autre. Au milieu des laminaires et des kelps, les plongeurs sont entourés d’araignées de mer, d’anémones, de poissons des glaces, de méduses ou de crabes. Avec de la chance, on peut se retrouver nez à nez avec un manchot ! Il est possible de faire des sorties en snorkeling pour observer les baleines à bosse – de novembre à juin – et les phoques léopards.

Pratique
décalage horaire : – 4 heures toute l’année /// eau : – 1°C à – 2°C toute l’année /// saison idéale : de novembre à mars /// équipement : combinaison étanche /// niveau de plongée : bonne expérience en eau froide /// y aller : vol Paris  – Ushuaïa A/R à partir de 1 175 € avec deux escales. Les croisières partent d’Ushuaïa, à partir de 8 000 € pour 15 jours.

 

 

2 – Les cénotes mexicains

Impossible de prévoir un séjour au Mexique sans passer par le Yucatán. La péninsule compte plus de 10 000 cénotes et les plongeurs du monde entier se pressent pour découvrir ces immenses vasques cachées au cœur de la jungle. Sous l’eau, c’est un spectacle exceptionnel qui vous attend : une eau si limpide que l’on semble voler dans les airs, des puits de lumières féériques, des stalactites et stalagmites. Vous pourrez être témoin d’un phénomène étonnant, l’halocline : quand l’eau douce et l’eau salée entrent en contact et troublent votre vision l’espace d’un instant. L’expérience des cénotes est ouverte au snorkeling tant l’eau est limpide et la visibilité excellente, même depuis la surface ; aux petits niveaux à condition d’être accompagné d’un guide ; et pour les amateurs de plongée en grotte qui souhaiteraient pousser l’expérience plus loin, il y a la possibilité d’explorer les nombreuses cavités présentent au fond de certains cénotes.

Pratique
décalage horaire : – 7 heures toute l’année ( – 6 heures en mars) /// eau : 24°C toute l’année /// saison idéale : toute l’année mais la lumière est meilleure de mai à septembre /// équipement : combinaison 5 mm /// niveau de plongée : tous niveaux à condition de maîtriser sa flottabilité /// y aller : vol Paris – Mérida A/R à partir de 588 € avec deux escales.

 

Dans les eaux limpides des cénotes mexicains. © Alain Souan

Dans les eaux limpides des cénotes mexicains. © Alain Souan

3 – Le musée sous-marin de Jason de Caires Taylor à Lanzarote

Internationalement reconnu, l’artiste Jason de Caires Taylor a installé, en 2016, le Museo Atlantico au sud de Lanzarote, à Playa Blanca. Réalisées en béton de PH neutre et avec des matériaux qui n’endommagent pas les fonds marins, les sculptures sont conçues comme des récifs artificiels, refuge pour la faune et la flore sur un territoire déclaré réserve de biosphère par l’Unesco en 1993. Il compte 250 sculptures (dont les modèles ont été des habitants de l’île), entre 12 et 14 mètres de profondeur, qui représentent plusieurs scènes :  des personnages marchant vers un mur, des hommes d’affaires qui font de la balançoire ou encore un cercle immense formé par 200 figures humaines de taille réelle.

Il existe d’autres sculptures immergées par l’artiste, notamment au Mexique, en Indonésie, aux Bahamas et sur l’île de Grenade.

Pratique
décalage horaire : – 1 heure toute l’année /// eau : 18°C en moyenne en hiver, 24°C en moyenne en été /// saison idéale : toute l’année /// équipement : combinaison 3 à 5 mm /// niveau de plongée : tous niveaux. Le musée est également accessible pour des baptêmes de plongée /// y aller : vols directs depuis Marseille, Bordeaux, Nantes, Lyon, Paris et Strasbourg, à partir de 33 €.

 

4 – Snorkeling en Norvège avec les orques

La Norvège est le seul endroit au monde où il est possible de se mettre à l’eau avec les orques. Chaque année, de mi-octobre à mi-février, le plus grand rassemblement d’orques a lieu dans le nord-ouest du pays, dans les îles Lofoten, en raison de la présence d’immenses bancs de harengs. Elles ne peuvent être approchées qu’en snorkeling et via une technique bien particulière : n’approcher une orque que si elle chasse ou se déplace d’un point A à un point B, soit rester immobile soit nager parallèle à elle. Elles peuvent être plusieurs dizaines observées sur un même site.

Pratique
décalage horaire : aucun /// eau : 2°C en moyenne pendant la période des orques /// saison idéale : d’octobre à février /// équipement : combinaison de 9 à 10 mm /// niveau de plongée : aucun requis, mise à l’eau en snorkeling uniquement /// y aller : vol depuis la France (Toulouse, Marseille, Paris…) vers Tromsø à partir de 110 € avec une escale.

 

Le spectacles des orques dans les fjords norvégiens. ©Valhalla Orca Expedition

Le spectacle des orques dans les fjords norvégiens. ©Valhalla Orca Expedition

On peut voir des dizaines d'orques sur un même site durant cette période de reproduction des harengs. ©Valhalla Orca Expedition

On peut voir des dizaines d’orques sur un même site durant cette période de reproduction des harengs. ©Valhalla Orca Expedition

La Norvège est la seul endroit au monde où il est possible de se mettre à l'eau avec les orques. ©Valhalla Orca Expedition

La Norvège est le seul endroit au monde où il est possible de se mettre à l’eau avec les orques. ©Valhalla Orca Expedition

5 – La faille de Silfra en Islande

Immense faille entre deux plaques tectoniques, européenne et américaine, Silfra offre un paysage minéral à couper le souffle avec une visibilité incroyable de plus de 100 mètres. En snorkeling, profitez d’une vue plongeante sur cette fissure de 100 mètres de long et 63 mètres de profondeur. En plongée, passez entre ces deux immenses parois. Une partie du site est si étroite qu’un plongeur peut toucher les deux continents à bout de bras. La faille se termine dans une piscine naturelle peu profonde. L’eau est d’une pureté exceptionnelle.

Pratique
décalage horaire : – 1 heure en hiver, – 2 heures en été /// eau : 2°C à 4°C toute l’année /// saison idéale : toute l’année /// équipement : combinaison étanche /// niveau de plongée : certification vêtement sec ou preuve de 10 plongées en sec /// y aller : vols depuis plusieurs villes de France vers Reykjavík avec une escale, à partir de 107 €.

 

6 – Le DeepSee à Coco

Au large de l’île Cocos, au Costa Rica, vous avez la possibilité de monter à bord d’un engin sous-marin peu commun : le DeepSee. Formé d’une vitre en forme de bulle, ce submersible unique offre une vision à 360° et peut descendre jusqu’à 300 mètres de profondeur, dans le noir total. Il est accessible depuis l’Argo, bateau de croisière de la compagnie Undersea Hunter. Deux immersions sont proposées, la première entre 80 et 100 mètres et l’autre à 300 mètres de profondeur. Depuis le dôme profitez d’une vue panoramique sur les fonds, vous pourrez avoir la chance d’observer raies mobula, requins des profondeurs, bancs de requins-marteaux…

Pratique
décalage horaire : – 7 heures en hiver, – 8 heures en été /// budget pour la descente : entre 1 350 € et 1 750 € /// y aller : vols depuis plusieurs villes de France vers San José avec une ou deux escales, à partir de 433 €. 36 heures de bateau en moyenne pour atteindre Cocos. Plus d’informations à propos du DeepSee

 

Le DeepSee face à un récif profond. © Undersea Hunter

Le DeepSee face à un récif profond. © Undersea Hunter

7 – Yonaguni au Japon

Non loin de Taïwan, l’archipel japonais d’Okinawa renferme un site de plongée plus qu’intrigant, au large de la petite île de Yonaguni. Il s’agit de mystérieuses ruines découvertes en 1986 par Kihashiro Aratake, ami de Jacques Mayol. Personne ne sait si ce site est une “Atlantide”, cité perdue de plus de 10 000 ans ou simplement d’une formation géologique inhabituelle. Le mystère demeure mais évoluer au-dessus des marches géantes de cette imposante structure, de 75 mètres de long et 25 mètres de haut, est une expérience unique.

Pratique
décalage horaire : + 8 heures en hiver, + 7 heures en été /// eau : 28°C en moyenne l’été, 21°C en moyenne l’hiver /// saison idéale : entre janvier et mars pour également avoir la chance de voir les bancs de requins-marteaux sur place /// équipement : combinaison 3 à 5 mm /// niveau de plongée : niveau 2 et justifier d’une bonne expérience (une centaine de plongées) /// y aller : Paris – Naha A/R à partir de 547 € avec une escale.

 

8 – Le sardine run en Afrique du Sud

Rendez-vous en Afrique du Sud entre les mois de février et juillet, là où les eaux de l’Atlantique et de l’océan Indien se rencontrent. À cette période des bancs immenses de sardines migrent pour leur période de reproduction attirant des prédateurs déchaînés : les dauphins rabattent les sardines formant des bait-ball, des requins affamés en profitent pour se servir. Les baleines à bosse peuvent également faire une apparition. En surface, les oiseaux se joignent à ce grand ballet aquatique, les fous du Cap plongent à pic dans l’eau pour profiter du festin, indiquant aux bateaux la présence des bait-ball depuis la surface..

Pratique
décalage horaire : + 1 heure en hiver, aucun en été /// eau : entre 15°C et 21°C /// saison idéale : entre février et juillet /// équipement : combinaison 5 mm /// niveau de plongée : PADI Advanced ou N2 et 100 plongées minimum en mer ou non plongeur en PMT. Miroir et parachute de plongée obligatoires. /// y aller : Jusqu’à Port-Elisabeth A/R à partir de 520 € avec deux escales.

 

Requins, dauphins, oiseaux, et toutes sortes de poissons pélagiques se regroupent autour de ce même festin. © Nicolas Barraqué

Requins, dauphins, oiseaux, et toutes sortes de poissons pélagiques se regroupent autour de ce festin commun. © Nicolas Barraqué

Les dauphins tournent autour des sardines, en groupe de manière à former les bait ball. Une véritable travail d'équipe. © Nicolas Barraqué

Les dauphins tournent autour des sardines, en groupe de manière à former les bait ball. Un véritable travail d’équipe. © Nicolas Barraqué

Sous l'eau, les fous du Cap se révèlent être de redoutables chasseurs-plongeurs. © Nicolas Barraqué

Sous l’eau, les fous du Cap se révèlent être de redoutables chasseurs-plongeurs. © Nicolas Barraqué

Les baleines à bosse sont également de la partie © Nicolas Barraqué

Les baleines à bosse sont également de la partie © Nicolas Barraqué

9 – Les Jardins de la reine à Cuba

Situé à 100 km au sud de Cuba, cet archipel est un paradis où la faune pélagique règne en maître. Strictement protégée, cette réserve naturelle est totalement préservée. La flore est exubérante et requins, mérous, carangues se montrent peu farouches. Six espèces de requins sont présentes dans ces eaux : requins de récif des Caraïbes, requins-soyeux, requins-nourrices, requins-citrons, pointes noires ainsi que les requins-baleines en octobre et novembre. Attenante à la réserve, la mangrove des Jardins de la reine se découvre également, en snorkeling, et permet d’observer de très près… des crocodiles ! Attention, seuls 3 000 plongeurs peuvent s’y rendre chaque année.

Pratique
décalage horaire : – 6 heures toute l’année /// eau : 24°C en moyenne en hiver et 29°C en moyenne en été /// saison idéale : d’octobre à mai /// équipement : combinaison 3 à 5 mm /// niveau de plongée : PADI Advanced ou N2 /// y aller : vol direct Paris-La Havane A/R à partir de 350 €.

 

10 – Crystal River en Floride

Crystal River est le seul lieu en Floride où la mise à l’eau avec les lamantins est possible, le site a été déclaré sanctuaire pour ces mammifères. En hiver, quand les températures baissent, les lamantins se dirigent vers cette rivière chaude et peu profonde, alimentée par une trentaine de sources. La mise à l’eau se fait en snorkeling et est strictement réglementée. il peut y avoir parfois des centaines de lamantins sur le site. Il est possible de se rendre en kayak sur Crystal River. L’eau, claire, permet d’observer les mammifères depuis la surface.

Pratique
décalage horaire : – 6 heures toute l’année /// eau : 22°C en moyenne toute l’année /// saison idéale : novembre à mars /// équipement : combinaison  5 mm /// niveau de plongée : aucun, snorkeling /// y aller : vol direct Paris-Orlando A/R à partir de 278 €.

 

Image d’ouverture © Valhalla Orca Expedition

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de

POPULAIRE

    Donator Dominique Barray

    10 épaves incontournables des côtes françaises

    10 épaves en France accessibles dès le niveau 1