Agenda

Plongée souterraine : Frédéric Swierczynski prêt pour une plongée à -300 mètres !

Il y a 3 mois

Le 6 mai, le plongeur de l’extrême Frédéric Swierczynski s’immergera en Croatie, dans le Red Lake, pour tenter de battre le record du monde en plongée souterraine, à -300 mètres ! Le spéléonaute marseillais n’en est pas à son coup d’essai. En 2016, dans la cavité de la Mescla (Var), il atteignait déjà -267 mètres. Entretien avec un fondu du siphon.

À quelques jours de votre départ pour la Croatie, comment vous sentez-vous ?
Il me tarde de fermer la valise et de partir ! On en finit jamais de se préparer. Nos trois camions transportent tout notre matériel, quatre plongeurs, deux cameramen…

Vous prévoyez de plonger à -300 mètres dans le lac Rouge en Croatie. Pouvez-vous nous décrire cette plongée d’exception ?
Pour atteindre le lac, il faut descendre une falaise de 300 mètres, et il faudra en faire autant à la remontée, après la plongée ! Je vais descendre le long d’une ligne jusqu’à 295, 300 mètres, je ne sais pas exactement, car le niveau du lac varie en fonction de la fonte des neiges. Jusqu’à 80 ou 100 mètres, je serai accompagné par un plongeur, puis je décrocherai. Je compte prendre mon temps dans la zone des 100, 150 mètres, descendre lentement jusqu’à 200. 250 mètres est ma zone critique. C’est là que je saurai si je me sens assez bien pour continuer. C’est seulement une fois arrivé dans cette partie profonde que je passerai à la plongée sous plafond. L’expédition comporte aussi une partie de recherche scientifique. Pendant les 5 à 8 heures que durera l’immersion, j’effectuerai des prélèvements de limon, peut-être d’espèces endémiques… ce sont des tâches que j’effectue souvent au cours de mes plongées.

Parlez-nous de vos mélanges, du poids que vous allez transporter sur vous…
Je plonge au recycleur, mes mélanges évoluent en fonction de mes besoins. J’ai 18 mélanges différents et des lignes de sécurité, avec 22 blocs de 20 litres en circuit ouvert. Je débuterai les paliers à 180 mètres. Et pour ce qui concerne le poids du matériel que je transporte avec moi, je pense qu’il sera d’environ 150 kg.

Comment et depuis combien de temps vous préparez-vous pour cette immersion ?
C’est un choix de vie. J’ai arrêté mon activité d’ingénieur pour m’y consacrer pleinement. Je me prépare depuis deux ans, en effectuant une plongée par semaine à 100 mètres, et une par mois à 200. Je fais aussi de la course à pied, et je bénéficie d’un suivi médical à Marseille et Toulon. Chaque fin d’immersion fait l’objet d’examens et d’un monitoring doppler, pour connaître les effets de la pression sur mon corps. Ce record est aussi un travail d’équipe, mes collègues et moi nous nous rodons et nous grandissons ensemble.

Frédéric Swierczynski avant une plongée souterraine. © Florian Launette

Vous collaborez notamment avec Sophia Antipolis et l’université d’Aix-Marseille…
En effet, pour la partie scientifique relative à l’hydrogéologie. Pour ce qui concerne la décompression, je collabore avec des anciens d’Hydra de la Comex, et une structure toulonnaise qui travaille dans le domaine du monitoring doppler à l’offshore.

Au cours de la plongée, vous mettrez en place une cloche sèche. Pouvez-vous décrire l’usage de cet équipement ?
La cloche est évolutive, elle peut être immergée de 20 à 6 mètres de profondeur. Elle permet de sortir intégralement le corps de l’eau pendant la plongée. Cette isolation thermique permet de gagner 10°C, ce qui n’est pas négligeable puisque l’eau du lac sera à 8°C. Je pourrai aussi m’hydrater,  manger, prendre des mesures doppler et être médicalisé en cas de souci.

Vous disiez plus tôt que vous ignorez précisément quelle profondeur vous allez atteindre. Cela veut-il dire que ce type d’immersion extrême comporte une part d’improvisation ?
Oui, il existe une tolérance, vers le plus comme vers le moins. Tout mon matériel est adapté à une tolérance haute, afin de ne pas me mettre en danger. Je dispose d’une marge de l’ordre de 10 %. Vous savez, je n’ai pas d’obligation de résultat. C’est une aventure, mais j’espère avant tout rentrer auprès de mes proches.

Allez-vous réaliser plusieurs tentatives ?
Si tout se passe bien, si nous parvenons à équiper le site, à installer la cloche dans les temps, je compte en effet plonger une première fois pour m’entraîner.

Où trouve-t-on la motivation de se lancer dans de tels exploits ?
Cela commence avant tout par la curiosité de l’exploration, l’excitation de découvrir de nouveaux territoires… Enfant, on lit Jules Verne, Théodore Monod et puis on suit son propre parcours.

Vous projetez-vous déjà dans vos prochaines profondes ?
J’ai beaucoup d’expéditions en préparation. Je les aborde avec beaucoup de plaisir, car elles comprennent des dimensions humaine et scientifique, des voyages et des découvertes, le tout avec une super équipe !

Le Lac Rouge d’Imotski en Croatie dans lequel Frederic Swierczynski va tenter le record de plongée souterraine à -300 mètres ©Sergio Gobbo / ONT Croatie

Quelques chiffres
Les moyens déployés pour capter cette Plongée historique sont importants :
– Puissance lumineuse sous-marine de 2 000 000 de lumens pour éclairer le Lac Rouge
– 6 caméras HD installées tous les 50 mètres pour filmer la descente vertigineuse de Frédéric
– 2 opérateurs sous-marin pour filmer l’exploit
– 2 caméras 4k fixées sur le scooter de Frédéric pour saisir les toutes premières images du lac à -300 mètres
– 1 caméra 4k installée dans la cloche de décompression
– 1 ponton flottant et treuil électrique de 600 kg de charge
– 1 drone équipé d’une caméra 4k
– 1 cloche de décompression et doppler sous-marin

                                                                                                        Propos recueillis par Jessica ENGEL

Retrouvez l’interview de Frédéric Swierczynski après sa plongée dans le Red Lake.

Photo de couverture © Florian Launette.

POPULAIRE

    Deep : une mini-série qui met l’apnée sur le devant de la scène

    Deep : une mini-série qui met l’apnée sur le devant de la scène

    Plongée souterraine : Frédéric Swierczynski prêt pour une plongée à -300 mètres !

    Plongée souterraine : Frédéric Swierczynski prêt pour une plongée à -300 mètres !