Environnement

Ban Ki-Moon et Lisa Ann Levin récompensés par les grandes médailles Albert Ier

Il y a 2 semaines

Chaque année, la cérémonie des grandes médailles Albert Ier met à l’honneur des acteurs engagés dans l’étude et la protection des océans. L’édition 2019 de ce prix prestigieux s’est déroulée au cœur du musée océanographique, le 7 novembre. Le prince Albert II a remis ces distinctions à l’ancien secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-Moon et au professeur Lisa Ann Levin. Dans l’optique de mettre en avant la nouvelle génération, l’institut océanographique a également récompensé la thèse du Dr Violaine Pellichero intitulée « Étude de la dynamique de la couche de surface et des interactions surface/océan dans l’océan Austral sous la glace de mer ».

Le Prince Albert II aux côtés de Ban Ki-Moon, Lisa Ann Levin et Violaine Pellichero. © M Dagnino Musée océanographique.

Le prince Albert II aux côtés de Ban Ki-Moon, Lisa Ann Levin et Violaine Pellichero. © M Dagnino Musée océanographique.

M. Ban Ki-Moon, dans la section médiation

Ancien Secrétaire Général de l’ONU, à l’origine de la création de l’Objectif de Développement Durable n° 14 sur l’Océan.

Secrétaire général des Nations Unies de 2007 à 2016, il a fait de la protection de l’environnement une des priorités des actions menées à l’échelle internationale, notamment avec la mise en application de l’Agenda 2030 des Nations Unies pour le Développement Durable comprenant les 17 ODD (Objectifs de Développement Durable). Aujourd’hui, il participe à travers sa Fondation à l’élaboration de projets citoyens partout dans le monde.

Le Prince Albert II avec Ban Ki-moon, lauréat de la Grande Médaille Albert Ier 2019, section médiation - © M Dagnino - Musée océanographique

Le prince Albert II avec Ban Ki-moon, lauréat de la Grande Médaille Albert Ier 2019, section médiation – © M Dagnino – Musée océanographique.

“Les partenariats mondiaux, parmi lesquels la participation active des gouvernements, des ONG, du secteur privé, des groupes de la société civile et d’autres parties prenantes clés, sont nécessaires pour atteindre les objectifs de développement et de lutte contre le changement climatique des Nations Unies. Particulièrement pour assurer la durabilité de nos océans.” a déclaré Ban Ki-Moon dans son discours de remerciements. “Les actions que nous entreprenons maintenant et dans les années à venir auront un immense impact sur nos océans pour les siècles à venir. Cette fenêtre d’opportunité nous permettant de guider nos océans et notre planète sur une voie viable et durable est en train de se refermer, c’est pourquoi nous ne devons pas abandonner nos efforts de partenariat.”

Pr. Lisa Ann Levin, dans la section science

Océanographe, auteure et co-fondatrice de la Deep-Ocean Stewardship Initiative (DOSI).

Océanographe biologiste, elle étudie l’impact du changement climatique sur les communautés benthiques des environnements en eaux profondes et peu profondes. À travers d’importants travaux, elle cherche à mettre en lumière la nécessité pour les secteurs politique, technologique et économique de travailler conjointement avec les scientifiques dans le but de considérer davantage les impacts de l’activité humaine sur les environnements marins.

Le Prince Albert II avec Lisa Ann Levin, lauréate de la Grande Médaille Albert Ier 2019, section science- © M Dagnino - Musée océanographique

Le prince Albert II avec Lisa Ann Levin, lauréate de la Grande Médaille Albert Ier 2019, section science- © M Dagnino – Musée océanographique

«Lorsque j’ai commencé à étudier les écosystèmes naturels à faible teneur en oxygène dans les eaux profondes il y a plus de 30 ans, je n’aurais jamais pensé que cette connaissance étayerait notre compréhension des conséquences du changement climatique et de la désoxygénation des océans dans les décennies à venir. », a déclaré Lisa Ann Levin. « De mon vivant, les eaux profondes (ce que j’aime appeler la moitié profonde de la planète) sont passées de monde lointain et largement ignoré à force majeure de la planète. Elles sont à la fois un dépositaire d’une biodiversité remarquable et un domaine essentiel pour l’atténuation du changement climatique. Autrefois considérés comme des déserts homogènes, nous découvrons continuellement de nouveaux écosystèmes, habitats et espèces étranges, dont certains peuvent avoir une importance pour l’homme. Il est en effet extrêmement important d’explorer, de comprendre et de protéger ces écosystèmes avant que d’entreprendre des activités qui risqueraient de les endommager.”

Image d’ouverture © M Dagnino – Musée océanographique

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de

POPULAIRE