Environnement

Marseille : grand nettoyage d’automne

Il y a 1 année

Containers poubelle, chaises, tabourets, tables, barrières, poteaux, vélib’s,… C’est un impressionnant mobilier urbain qui a (re)fait surface ce samedi 8 octobre sur les quais du Vieux-Port de Marseille. Accompagné d’un lot conséquent de canettes et bouteilles, de quelques scooters et du grand classique des fonds de ports : le pneu. Tous ces objets été extirpés de l’eau grâce à l’action de plongeurs bénévoles, coordonnée par Septentrion Environnement, plateforme scientifique et pédagogique en milieu marin. En parallèle et en surface, des actions de sensibilisation du grand public étaient menées par plusieurs associations.
Nul doute que l’émoi suscité l’été dernier par la visite abondamment médiatisée de ce même Vieux-Port par Sea Shepherd n’est pas étranger à cette initiative de nettoyage lancée par la Fédération des sociétés nautiques des Bouches du Rhône, la FSN 13. Opération qui aura révélé que les objets présents dans le port ne sont pas le fait des plaisanciers (plus de 3 200 bateaux y sont mouillés). Les coupables sont à chercher plutôt du côté de l’incivisme, du vandalisme, des soirées bien arrosées et autres événements de forte affluence (Euro de football, manifestations diverses, etc.). Voire du fort mistral qui sévit parfois, même si il faut une sacrée rafale pour faire basculer un scooter à l’eau… Malheureusement, tout ce que qui a été remonté ce samedi ne représente qu’une infime quantité des déchets présents dans le Vieux-Port. Un nettoyage de grande ampleur est à envisager, sauf à vouloir régaler les archéologues du futur avec près de huit mètres de sédiments à fouiller au pied des quais !

Épave d'un Vélib' retrouvé dans le Vieux -Port de Marseille © O. Clot-Faybesse

Épave d’un Vélib’ retrouvé dans le Vieux -Port de Marseille © O. Clot-Faybesse

Une bonne nouvelle n’arrivant jamais seule, fin septembre un immense filet d’environ 600 m de long, posé en pleine zone protégée de Riou, était enlevé seulement quatre jours après avoir été signalé. Ceci grâce à l’intervention des scientifiques de l’Institut Méditerranéen d’Océanologie, le MIO, épaulés par les affaires maritimes. À souligner à ce sujet qu’un formulaire est en ligne afin de permettre à tous de signaler en Méditerranée un engin de pêche illégal ou perdu (et qui continue à tuer du poisson) pour en débarrasser les fonds au plus vite.

Enfin, rappelons que le même jour que le nettoyage du Vieux-Port, était organisé le 2ème Challenge de l’YCPR Marseille, une manche de la coupe de France de photos sous-marines et un événement auquel Plongez ! était associé. Les concurrents ont pu évoluer dans un environnement privilégié. En effet, le bilan publié ce lundi 10 octobre de la 13e édition de recensement « Des espèces qui comptent » le souligne. Le comptage, qui s’est déroulé les 23 et 24 septembre dans les eaux de La Ciotat et Marseille est à la hausse par rapport aux éditions précédentes. En particulier pour le mérou (poisson indicateur de la bonne santé du milieu marin), dont le nombre pour la première fois en 13 ans a été supérieur au nombre de plongeurs mobilisés (300). Un point d’autant plus positif que les tailles étaient uniformément reparties : de 20 cm jusqu’à un mètre voire plus pour les plus gros individus.

L’image de couverture est de Sandrine Ruitton du MIO.

Olivier Clot-Faybesse

POPULAIRE