Agenda

COP21 : Sandra Bessudo soutient l’appel de l’Océan pour le Climat

Il y a 2 années

Le 8 juin 2015, Sandra Bessudo était en France invitée par l’Unesco à l’occasion de la Journée mondiale dédiée aux Océans. La franco-colombienne, directrice de la Fondation Malpelo et autres écosystèmes marins, soutient Appel de l’Océan pour le Climat lancée le même jour par la Plateforme Océan & Climat. Le but est de parvenir à rassembler 100 000 signatures pour peser sur les négociations climatiques de Paris (la COP21 aura lieu du 30 novembre au 11 décembre 2015) et obtenir des engagements concrets de la part des représentants politiques pour protéger les océans.

Plongeuse professionnelle, biologiste, Sandra Bessudo est reconnue pour son engagement en faveur de la conservation des océans. Elle a mené de nombreuses expéditions scientifiques et projets de recherche. Elle a notamment présidé la Commission colombienne de l’océan, représenté le gouvernement colombien à la Commission baleinière internationale (CBI) et a également été conseillère du Président de la République Juan Manuel Santos Calderon pour la gestion de l’environnement, la biodiversité, l’eau et le changement climatique.

Comment envisages-tu la conférence COP21 à Paris ?
Au mois de juin j’ai été invitée à l’Unesco pour travailler sur la plateforme Océan-Climat. Cette plateforme a été créée en France pour promouvoir un appel pour les océans à la COP21. Dans le cadre des négociations sur le climat les océans ne sont pas inclus. On parle du phénomène de déforestation, mais on n’aborde jamais les problèmes qui touchent les océans. Or ils couvrent les deux tiers de notre planète et constituent l’un des principaux écosystèmes de régulation du climat.

Qu’attends-tu de la COP21 ?
Ce que l’on attend en lançant cet appel, c’est que les océans soient inclus dans les négociations sur le changement climatique. Si on ne les met pas en avant, si on ne travaille pas sur leur contamination, cela va entraîner encore plus de problèmes. La chaîne primaire des océans (le plancton, le phytoplancton) est la partie qui est en train de subir de plein fouet les conséquences du changement climatique.

Vas-tu représenter le gouvernement colombien à l’occasion de la COP21 ?
Non, je ne suis pas certaine de pouvoir être à Paris, mais le plus important c’est que le thème de l’océan soit inclus. La Colombie va également soutenir cette demande d’intégrer les océans dans les négociations.

Quels sont les éléments sur lesquels tu veux que les gouvernements prennent des engagements ?
Les objectifs sont inclus dans l’appel de l’

Océan pour le Climat. Ils sont au nombre de 5 :
1- Renforcer la capacité de l’océan à atténuer les changements climatiques, grâce à des écosystèmes marins protégés et fonctionnels en mesure de stocker le CO2 ;
2- Relever les défis de l’adaptation des régions littorales et côtières, les pays insulaires étant souvent les plus vulnérables ;
3- Intégrer, dans les mécanismes de financement climatique, 
les projets de gestion durable et de conservation de la biodiversité marine et côtière, en particulier ceux qui concernent les aires marines protégées;
4- Développer des solutions innovantes dans le domaine de l’énergie, de l’alimentation et des transports maritimes ;
5- Poursuivre l’investissement dans la recherche scientifique, 
afin de mieux comprendre les interactions océan-climat et d’orienter l’action politique en conséquence.

POPULAIRE

    Deep : une mini-série qui met l’apnée sur le devant de la scène

    Plongée souterraine : Frédéric Swierczynski prêt pour une plongée à -300 mètres !