Biologie

2013 – 2017 : des plongeurs engagés pour la science aux Philippines

Il y a 5 mois

Moalboal, Philippines, juillet 2013. Ils sont 16 plongeurs, et ce sont des aventuriers ! Pas de ceux qui prennent des risques physiques insensés, mais de ceux qui quittent les rivages douillets de leurs habitudes pour risquer leur regard – et leur esprit – vers de nouveaux horizons, de nouvelles découvertes…

Plongée… particulière

« Bon, alors, comme prévu, 4 plongeurs descendent à 20 mètres ; un binôme part à gauche, l’autre à droite. Vous faites 4 transects* de 5 minutes à 20 mètres puis, au retour, 4 transects à 5 mètres. Même principe pour les deux autres binômes, mais vos 4 premiers transects seront à 15 mètres, puis votre retour à 10 mètres. »

Opération commando de scientifiques aguerris ? Non, plutôt une belle aventure hors des sentiers battus pour des plongeurs en vacances. S’ils participent à cette mission d’étude des poissons de l’association Peau-Bleue, encadrée par le scientifique Patrick Louisy, c’est à la fois pour apprendre et découvrir les poissons récifaux et pour apporter une contribution à des initiatives locales de gestion et de protection du milieu marin.

* Faire un transect, c’est parcourir une bande de fond sous-marin de largeur constante (ici, 5 mètres) pour y compter les poissons.

Après les plongées le travail minutieux d’identification des espèces peut commencer ©Peau-Bleue

Votre mission, si vous l’acceptez…

La mission scientifique de ces plongeurs volontaires était double. Il s’agissait tout d’abord de caractériser les communautés de poissons sur un site, en recensant toutes les espèces dans les différents habitats récifaux. Sur 300 mètres de récif, ils ont ainsi cumulé plus de 400 heures de plongées et recensé 397 espèces de poissons ! Ils ont bien entendu reçu une formation sur l’identification des espèces, mais vous imaginez l’intensité des débriefings, le travail d’identification sur photos, les confrontations d’observations… Des soirées bien remplies !

Puis, ces observateurs désormais aguerris se sont lancés dans un autre challenge scientifique : comparer les peuplements de poissons entre 3 sites ayant des degrés de protection différents. Ils ont ainsi démontré un effet positif de la protection sur la diversité et la taille des poissons récifaux.

Un investissement, des bénéfices

Mais pourquoi, quand on est plongeur amateur, s’embêter pendant ses vacances à faire des choses aussi compliquées ? Parce qu’on ne s’embête pas le moins du monde !

On en apprend beaucoup sur la vie récifale, mais surtout, on se découvre capable de l’étudier, de fabriquer ses propres connaissances. On vit une formidable aventure en équipe, avec les autres participants comme avec les guides de plongée locaux, embarqués dans la même démarche. On se sent utile pour la science, en contribuant à des résultats tangibles qui, jour après jour, apportent des informations nouvelles. Et on donne un petit coup de main aux communautés locales et à la préservation de leur environnement… Conséquence concrète de cette première mission de 2013, la municipalité de Moalboal s’est ainsi appuyée sur le rapport scientifique final pour obtenir du gouvernement le statut officiel de haut-lieu de la biodiversité marine aux Philippines.

Les espèces croisées lors des plongées de recensement :

Mission Moalboal 2017

L’association Peau-Bleue repart en mission à Moalboal du 9 au 22 juillet 2017 pour y mesurer, avec les mêmes méthodes, l’évolution de la biodiversité marine depuis 2013. Il reste encore quelques places. Vous sentez-vous l’âme d’un aventurier ? Retrouvez les informations sur la mission Fish Watch.

Pour en savoir plus sur la mission Moalboal 2013 (et accéder au rapport scientifique).

Patrick Louisy

POPULAIRE

    Un homard bleu, nouvelle star de l’aquarium Océanopolis de Brest

    2013 – 2017 : des plongeurs engagés pour la science aux Philippines